Choisir votre langue

Menu

Mohamed OUDIHAT

enseignant, consultant en organisation, formateur.

Professeur de Sociologie, et d'islamologie à la Faculté Des Sciences Islamiques de Paris

Formation pluridisciplinaire :

  1. Master de philosophie à la Sorbonne Paris 1
  2.  Master de sociologie des organisations à Sciences Po Paris
  3. Master Ingénierie de la formation, à Paris Dauphine
  4. Master en études coraniques à Cordoba University (USA-Maroc), avec shaykh Tâhâ Jâbir al-’Alwânî.

Projets de publication et de recherche indépendants :

1. De l’amour & de la famille : ce que l’islam a d’essentiel à dire à notre temps.

2. Initiation à la méthode coranique, par shaykh Tâhâ Jâbir al-‘Alwânî.

Thématiques de recherche et d'interventions:

  1. De l’amour & de la famille :
  2. ce que l’islam a d’essentiel à dire à notre temps
  3. Clés de compréhension du Coran
  4. Islam : sens de la vie et vocation de l’homme
  5. Al-Tawhîd et ses implications dans la vie et dans la pensée
  6. Accompagnement méthodologique de projets de recherche ou d’action au service de la société
  7. Formation à l’auto-défense intellectuelle

Publications:

La ville de l’Amour où les couples libres durent le moins longtemps…

Paris : capitale de l’Amour?

Mohamed Oudihat | 22/12/2015

Mohamed Oudihat, de formation pluridisciplinaire – Diplômé d’un Master en Philosophie à l’université de la Sorbonne, d’un Master à Sciences-Po Paris, puis d’un Master en Sciences coraniques à Cordoba University (USA) – mène des recherches sur la crise et la réforme de la famille aujourd’hui. Il prépare 2 projets d’ouvrages : 1. destiné au grand public : Art d’aimer & art de vivre : ce que l’islam a d’essentiel à dire à notre temps 2. destiné aux jeunes : Amour, couple, mariage, famille : des questions & des réponses.

Paris est la ville de l’amour et des amoureux

Telle est l’image que l’on s’en fait dans le monde entier. On y vit de l’essentiel : d’amour, de liberté, de recherche de bonheur personnel et d’égalité homme-femme. Il y a quelque chose de beau dans cette ville qui a promis le bonheur pour tous.

Mais alors, pourquoi dans les grandes villes comme Paris, la durée moyenne d’un couple qui vit ensemble de manière totalement libre et par amour – qu’il soit marié, pacsé ou autre, sans aucun contrat – est-elle entre neuf mois et deux ans ?[1] Comment se fait-il que l’amour et la liberté ne suffisent-ils pas pour faire tenir ensemble un couple au-delà de deux ans ? Pourquoi même pour les couples mariés, 1 couple sur 2 finit-il par divorcer ?[2]

Et pourquoi le célibat est-il devenu une norme : près de 1 personne sur 2 parmi les jeunes et les vieux, est célibataire ?[3]

Pourquoi entre 2005 et 2030, dans les grandes villes, le ménage moyen a tendance à se réduire à une personne qui vit seule ?[4]

Pourquoi les soirs et le weekend, un homme ou une femme n’a plus le temps pour son couple ? Pourquoi tous deux donnent la priorité au « temps pour soi » sur le « temps pour le couple » ?[5]

Pourquoi le couple s’use-t-il en communication, en négociations et en tensions régulières pour décider de qui fait quoi à la maison ?[6]

Pourquoi un couple n’a pas la capacité à garder ses parents lorsqu’ils se font vieux ? Pourquoi est-il contraint de plus en plus de les mettre en maison de retraite ?

Pourquoi l’adolescence se prolonge-t-elle en « adulescence » (on se comporte comme un ado jusqu’à 30-40 ans) ?

Pourquoi l’éducation des enfants se fait-elle davantage par les pairs (copains de même génération) et par les médias que par la famille ?

« Paris : pourquoi la ville la plus romantique du monde est aussi une tueuse de couples en série ? ».[7]

Comment se fait-il qu’il y ait un code de conduite pour la route avec des sanctions pour les infractions et qu’en matière de conduite familiale, on prône la liberté, alors qu’on sait que les enfants de divorcés ont 2 fois plus de problèmes d’échec scolaire, d’alcool, de drogue… ?[8]

En réalité, Paris est le monde d’aujourd’hui en miniature : ces « accidents de la route » de l’amour moderne se mondialisent. On les retrouve dans les grandes villes des sociétés occidentales ainsi qu’au Caire, à Alger, à Tunis, à Casablanca, à Beyrout, à New Delhi, à Pékin, à Dubaï, etc.

Bref, « Pourquoi l’amour moderne fait mal ? »[9], aussi bien au couple, aux plus jeunes, qu’aux plus vieux, aussi bien à Paris que partout ailleurs dans les grandes villes de notre monde actuel ?

Face à tous ces problèmes et à ces questions, quelles sont les solutions ?

Aujourd’hui, on a tendance à voir dans tous les problèmes du couple et de la famille des problèmes « psychologiques ».

Une sagesse populaire dit : « Celui qui n’a pour outil qu’un marteau voit dans tous les problèmes, des problèmes de clous ». Autrement dit, il est biaisé par le fait qu’il n’a qu’un seul outil d’analyse et de travail. Pire encore, il déforme tout problème pour l’obliger à ressembler à un problème de clou sur lequel il peut agir. Mais il ne sait pas résoudre les problèmes de plomberie, d’électricité, de peinture…

« – Certains disent qu’il faut aller voir « le psy ».

– Qu’est-ce que c’est ?

– C’est un homme ou une femme qui a un marteau. Quand tu lui apportes une chaise à réparer, il prend son marteau, plante son clou et l’enfonce avec son marteau. Mais quand tu lui apportes ta voiture à réparer, il vient toujours avec son marteau. Tu lui demandes de vérifier le moteur car il marche plus. Il regarde le moteur de la voiture et il met un coup de marteau.

– Et après la voiture remarche ?

– Non elle ne remarche pas. Et il te regarde alors en te disant : « Qu’est-ce que vous en pensez ? Elle marche, non ? Vous êtes sûr qu’elle ne marche pas ? ». Alors tu finis par avoir un doute et tu lui réponds : « Vous avez raison. Peut-être va-t-elle remarcher ». Mais quand il part et que tu essaies de conduire la voiture, tu la démarres et tu te rends compte qu’elle ne marche toujours pas. Mais tu doutes. Tu ne sais plus si c’est la voiture ou si c’est toi qui ne marche pas. Alors tu le rappelles. Tu lui dis que ta voiture ne marche toujours pas. Alors il revient avec son marteau. Il cherche des clous dans la voiture mais n’en trouve pas. Il met quand même un coup de marteau sur le côté du moteur. Et il a failli me mettre un coup de marteau sur mon bras mais heureusement, je lui avais dit que je n’avais pas de clous sur le bras. Après quoi, il m’a dit qu’elle devrait marcher. Depuis, je ne sais plus ce qui marche et ce qui marche plus. Je ne sais plus qui fait marcher qui : la voiture ou le psy. »[10]

C’est exactement ce qui se passe avec « le marteau » du psy moderne qui affirme que la solution se trouve dans quelques principes de conduite : « Casser les tabous » ; « Ecouter ses besoins et désirs » ; « Lâcher prise » ; « Etre indépendant, être soi-même » ; « Penser à soi, prendre soin de soi »…

Or, si l’on veut comprendre et résoudre les problèmes que nous avons soulevés, « Il faut sortir de cette vision psychologique selon laquelle l’individu serait le seul responsable de son malheur. Car nos chagrins amoureux ne sont pas seulement le résultat de nos psychés défaillantes, mais aussi le produit de notre société et de nos institutions. La culture psychologique nous a trop culpabilisés : il est temps d’arrêter de chercher ce qui n’allait pas dans nos enfances malheureuses pour expliquer l’échec de nos vies privées, le désastre de nos relations sexuelles et sentimentales ! » [11]

Car les problèmes d’amour, de couple, de famille…, sont bien souvent des problèmes de choix de vie, de priorités de la vie, de choix de valeur, de sens de la vie, d’identité ; de vision du bonheur, du couple, de la liberté et de la beauté, de l’autorité, de l’égalité ; d’organisation de sa vie quotidienne ; de fréquentation ; de formation morale, pratique intellectuelle, etc. Tous ces problèmes non-résolus deviennent des problèmes « psychologiques ».

Le psy n’a pas la capacité de répondre aux questions suivantes : comment cheminer vers le bonheur dans ce monde et dans l’autre ? Dois-je donner la priorité à ma carrière professionnelle ou à ma famille et donc quel métier je dois exercer en conséquence ? Comment je dois m’organiser dans ma vie quotidienne ? Qu’est-ce que l’amour vrai, juste, bon, sain ? Comment donner à chaque chose sa juste place : à ses besoins, à ses désirs, à ses devoirs, à sa vocation personnelle… ? Qu’est-ce que le métier d’Homme et de Femme ? Quel est le sens de la vie ? Comment réagir lorsqu’on est éprouvé ? Comment être libre dans ma situation… ?

Car toutes ces questions relèvent d’une vision de la vie qui fait défaut chez beaucoup d’hommes et de femmes aujourd’hui. Ce sont, la plupart du temps, des problèmes multidimensionnels vécus « psychologiquement », des problèmes collectifs et sociaux vécus individuellement.

Et si tous ces symptômes et problèmes étaient liés et interdépendants ? L’enquête est ouverte. La suite au prochain article.


[1] (5/02/14) En 2014, la durée moyenne d’une relation amoureuse, c’est… Article publié sur le journal numérique Yahoo : https://fr.pourelles.yahoo.com/en-2014-la-dur%C3%A9e-moyenne-d-une-relation-125728622.html
[2] INSEE (2012) Statistiques d’état civil sur les mariages en 2012 : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&id=4562
[3] Neyrand, Gérard (5 septembre 2013), Comment les sociétés en sont venues à accepter le célibat. Ma liberté, ma solitude. Article publié dans le journal numérique Atlantico. http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-societes-en-sont-venues-accepter-celibat-et-pourquoi-etait-pas-gagne-gerard-neyran-834020.html
[4] INSEE (2008). Evolutions 2005-2030. Graphique 1. Les ménages selon leur taille depuis 1975 : http://insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1410&page=graph ; Population et ménages par région : évolutions 2005-2030 http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=12870
[5] De Singly, François (16 novembre 2012), Paris : pourquoi la ville la plus romantique du monde est aussi une tueuse de couples en série. Article publié dans le journal numérique Atlantico : http://www.atlantico.fr/decryptage/paris-pourquoi-ville-plus-romantique-monde-est-aussi-tueuse-couples-en-serie-francois-singly-545401.html
[6] Illouz, Eva (24/04/2013), Le couple, la dernière utopie. Article publié dans Philosophie Magazine, n°69 : http://www.philomag.com/les-idees/couple-la-derniere-utopie-7326
[7] De Singly, François (16 novembre 2012), idem
[8] Godet, Michel (30 décembre 2003), Les blessés de la route familiale. Article publié sur le site : http://www.laprospective.fr/articles–publications/recherche/recherche-libre/Les+bless%C3%A9s+de+la+route+familiale
[9] Illouz, Eva (2012), Pourquoi l’amour fait mal ? L’expérience amoureuse dans la modernité. Editions du Seuil
[10] Oudihat, Mohamed (2015), Le Petit Prince & l’Amour (conte en cours de rédaction)
[11] Cerf, Juliette (11/10/2014), Eva Illouz Sociologue de l’eau de rose. Entretien et article publié dans la Revue Télérama : http://www.telerama.fr/livre/eva-illouz-sociologue-de-l-eau-de-rose,117745.php

Source: http://www.cilecenter.org/fr/articles-essays/la-ville-de-lamour-ou-les-couples-libres-durent-le-moins-longtemps/

e-max.it: your social media marketing partner

Le guide de l'étudiant

Le guide de l'étudiant est disponible.

Télécharger

Dossier d'inscription

Le dossier d'inscription pour la rentrée est disponible.

Télécharger
Go to top